John Paul II Foundation

Panama – la Messe d’envoi en présence de 700 mille jeunes a clôturé les 34èmes JMJ

Le pape François a célébré ce matin, devant 700 mille jeunes de 156 pays,  la Messe d’envoi qui terminait les Journées Mondiales de la Jeunesse. « Vous n’êtes pas l’avenir,  vous ne demeurez pas dans l’entretemps mais vous êtes ,, l’aujourd’hui’’ de Dieu » -a-t-il dit. Il a souligné que l’Evangile doit se traduire dans la vie de chaque chrétien par « l’amour du don de soi-même ». A la fin de la messe on a annoncé que les JMJ en 2022 auront lieu à Lisbonne, la capitale du Portugal.

D’abord le pape dans son papamobilea traversé les secteurs de la plaine de saint Jean-Paul II où il a été accueilli avec enthousiasme, dans une ambiance typique de l’Amérique Latine, au milieu de 156 drapeaux nationaux. Parmi les fidèles il y avait 3 800 pèlerins polonais dont Agata Kornhauser-Duda – l’épouse du président polonais, 12 évêques et plus de 200 prêtres.

En accueillant le pape,  l’archevêque de Panama Mgr José Ulloa Mendieta a assuré que « l’expérience de la communauté ecclésiale ainsi que du renouveau spirituel et pastoral, vécue ensemble avec le Successeur du Christ restera gravée pour toujours dans la vie de chacun de nous ». Il a ajouté que « la richesse de la foi,  vécue dans la joie et l’espérance de tant de jeunes, nous permet d’espérer de transformer nos rêves et  nos langueurs en réalité ». Au nom des Panaméens il a remercié le Pape de leur avoir confié l’organisation et la célébration des JMJ, « dans l’esprit marial, aux couleurs de l’Amérique Latine et des Caraïbes, avec des lieux pour la prière, la formation, le renouveau et la conversion pastorale ».

Dans son homélie le pape François a souligné que « Jésus révèle le moment présent de Dieu qui vient nous encourager à participer dans Son aujourd’hui, « à porter la Bonne Nouvelle aux pauvres », « la délivrance aux prisonniers et la vue aux aveugles », à « libérer les maltraités », ainsi qu’à «  annoncer l’année de la faveur du Seigneur » (Luc 4, 18-19).

François a ardemment encouragé les jeunes à « découvrir leur mission et à tomber amoureux d’elle ». Il les a exhortés à se sentir déjà appelés, sans attendre des conditions idéales, sans se laisser tenter de « créer une distance dans la relation avec Dieu »,ni de considérer la vocation comme une mission d’avenir et non comme une mission de l’heure actuelle. Il a expliqué que la jeunesse ne peut pas être « synonyme d’une salle d’attente pour ceux qui attendent leur tour ».Dans le cas contraire les rêves de jeunes perdront leur élan, vont s’endormir et deviendront de médiocres et plates fictions de songe. Il leur a montré Marie comme l’exemple à suivre. « Pendant toutes ces journées les paroles de Marie : ,, Qu’il me soit fait selon votre parole !,, nous ont accompagnés comme un fond musical. Elle ne s’est pas contentée de croire en Dieu et en Ses promesses mais, très confiante en Dieu, elle a osé dire ,,oui’’ afin de participer à l’aujourd’hui du Seigneur. Elle a senti qu’elle a reçu une mission et cela a été décisif » –a-t-il souligné.

A la fin de son homélie le pape François a demandé aux jeunes : « Voulez-vous vivre l’amour du Seigneur de manière très concrète ? ». Il leur a demandé aussi : «  Que votre ,,Oui’’ devienne la porte d’entrée par laquelle l’Esprit-Saint apporte au monde et à l’Eglise une nouvelle Pentecôte ».

La Prière Universelle a été dite en plusieurs langues : en anglais pour l’œuvre d’évangélisation, afin que l’humanité toute entière puisse connaître l’Evangile ; en français pour le pape et pour les évêques afin que Dieu les affermisse dans la foi authentique, dans l’espoir sans peur et dans l’amour héroïque ; en portugais pour que le Père et le Seigneur de l’histoire dirige les projets et les actes de ceux qui gouvernent afin que ceux-ci s’engagent au bénéfice des nations qui leur sont confiées et qu’ils soutiennent la véritable dignité de chaque personne ; en italien pour les vocations sacerdotales et religieuses afin que des jeunes  consacrent leur vie à la sanctification de leurs frères ; en espagnol pour les malades, les pauvres et les personnes qui souffrent la solitude, afin que nous apprenions à être frères pour tous ceux que nous rencontrons.

« Les JMJ ont été,  pour de nombreux jeunes qui sont ici devant Toi, Saint-Père, et pour ceux, plus nombreux encore qui nous accompagnent par l’intermédiaire des médias, une expérience de transfiguration dans laquelle ils ont pu toucher la beauté de la face du Seigneur et ont fait des choix importants dans leurs vies » –a dit le cardinal Farrell, le préfet du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie à la fin de la Messe. Il a souligné que les fruits les plus importants de cette expérience seront visibles plus tard dans la vie quotidienne. Les mêmes jeunes qui ont déclaré : « Je suis ici »diront dans leurs communautés ecclésiales : « Nous sommes serviteurs du Seigneur »et, ouverts à l’appel de Dieu, diront avec Marie à chacun d’eux : « Qu’il me soit fait selon votre parole ! ».

Le cardinal Farrel a annoncé aussi que Lisbonne, la capitale du Portugal accueillera les Journées Mondiales de la Jeunesse en 2022, ce qui a été ovationné par toute l’assemblée.

A la fin de la Messe, le pape François a exhorté encore une fois les jeunes : « Allez, vivez la foi et partagez-la ! Je vous en prie, ne refroidissez pas ce que vous avez vécu pendant ces journées. Retournez dans vos paroisses et vos communautés, dans vos familles et auprès de vos amis, et transmettez leur cette expérience afin que les autres puissent vibrer avec cette force et cette joie que vous avez. Avec Marie dites toujours ,,oui’’ au rêve que Dieu a semé en vous »

La Messe célébrée sur la plaine de saint Jean-Paul II (Campo San Juan Pablo II) dans le Metro Park, a rassemblé plus de 700 000 jeunes de 156 pays. Parmi eux se trouvaient entre autres : président du Panama, Juan Carlos Varela ; de Costa Rica, Carlos Alvarado Quesada ; de Colombie, Iván Duque Marquez  avec son épouse Maria Julia Ruiz ; de Honduras, Juan Orlando Hernández ; de Gwatemala, Jimmy Morales Cabrera avec son épouse Hilda Patricia Marroquin ; de Salwador, Salvador Sánchez Cerén et du Portugal, Marcelo Rebelo de Sousa.

Parmi les célébrants se trouvait aussi le patriarche de Lisbonne, le cardinal Manuel Clemente ainsi que d’autres évêques portugais qui ont accueilli avec joie l’annonce que Lisbonne accueillera les JMJ en 2022.

Traduit du polonais par Czeslaw Noster