John Paul II Foundation
Pierwsza rzecz, którą Jan Paweł II zrobił po wyborze na papieża
Foto © East News

La première chose que Jean-Paul II a faite après son élection au Saint-Siège

Le témoignage du cardinal Dziwisz

Dès que c’était possible il a demandé de retourner dans sa cellule dans laquelle … des détails inconnus du mémorable conclave.

Quels étaient les derniers instants avant le conclave et ceux qui ont suivi l’élection du cardinal Karol Wojtyła comme pape ? Certains de ses amis proches considèrent son comportement quelques jours avant le conclave comme peu ordinaire (il était particulièrement recueilli et parlait peu). Peut-être pressentait-il ce qui allait se produire quelques jours plus tard. Lorsque le 29 septembre 1978 au matin le métropolite de Cracovie avait appris la surprenante mort de Jean-Paul I, il a dit, profondément bouleversé : « Les voies du Seigneur sont impénétrables, inclinons-nous humblement devant elles».

Avant de partir aux obsèques et au conclave, le futur pape a passé la nuit dans la maison des sœurs ursulines, dans le quartier Powiśle à Varsovie. Dans la même maison habitait Stefan Świeżawski, illustre historien de la philosophie et ami de longue date de Karol Wojtyła. « Il était silencieux. Nous nous sommes quittés pratiquement sans un mot. Je voyais qu’il ne voulait rien dire. Il le savait déjà … ». Avant le conclave qui l’a élu comme pape, le cardinal Wojtyła était logé au Collège Pontifical Polonais situé à Piazza Remuria. Le 14 octobre 1978 à l’aube il a célébré une Messe dans la chapelle du Collège. Dans l’après-midi il est parti au conclave, en voiture conduite par le frère Marian Markiewicz de la Congrégation des Frères du Cœur de Jésus. Des années après, la voiture déjà usée a été achetée par l’acteur américain John Voight qui a interprété le rôle du pape dans le film « Jean-Paul II » (USA 2005).

Le cardinal Wojtyła est arrivé « pile-poil » au conclave qui l’a élu pape. Il s’est rendu juste avant à la clinique Gemelli au chevet de son ami l’évêque Deskur. Il est entrée dans la Chapelle Sixtine en dernier, et il faut savoir qu’une fois le portail de la Chapelle fermé, plus personne ne peut y entrer, même un cardinal.

Pendant le conclave le primat de Pologne cardinal Stefan Wyszyński lui a soufflé à l’oreille : « S’ils vous élisent ne refusez pas … ».

Le cardinal Karol Wojtyła a été élu pape le lundi 16 octobre 1978, le deuxième jour du conclave. La fumée blanche annonçant l’élection est apparu au-dessus de la Chapelle à 18h18. Le métropolite de Cracovie est devenu le 262esuccesseur de Saint Pierre. La dernière note de l’archevêque de Cracovie dans le « Journal d’activités d’évêque » envoyé plus tard à Cracovie : « Vers 17h15 – Jean-Paul II ».

Le cardinal Stanisław Dziwisz, secrétaire pendant plusieurs années et ami de Jean-Paul II, a révélé des années après quelle était la première chose que le pape nouvellement élu a faite. Après avoir accepté l’élection, il a confirmé son accord, conformément à la procédure canonique. Aussitôt, dès que c’était possible, il a demandé de pouvoir regagner sa cellule où … il s’est mis à préparer son homélie pour le lendemain. Cela montre que Jean-Paul II, parmi toutes ces émotions s’est révélé avant tout comme un homme du service, conscient où il a été envoyé et par qui il a été appelé.

Le Collège des cardinaux qui a effectué l’élection comptait 111 cardinaux. Parmi les cardinaux électeurs seuls 18 étaient plus jeunes que le cardinal Wojtyła. Il est devenu le plus jeune pape depuis un siècle et demi. Conformément à la norme canonique définie par le pape Paul VI, les cardinaux de plus de 80 ans ne pouvaient pas participer au conclave.

Jean-Paul II était le premier pape non italien depuis 455 ans (depuis le pontificat d’Adrien VI qui était Hollandais et qui occupait la plus haute dignité dans l’Eglise entre 1522 et 1523), sans doute le premier pape slave et le premier pape de l’histoire à avoir choisi le nom de ses trois prédécesseurs directs (Jean XXIII, Paul VI et Jean-Paul II).

                                                           Traduit du polonais par Czesław Noster