John Paul II Foundation
Wycieczki poza Rzym.

Excursions en dehors de Rome

Les sorties en dehors de Rome, surtout à la montagne, considérées par lui comme un « don », était étaient une occasion de réflexion et surtout de prière. Le paysage montagnard harmonisait avec  sa spiritualité. A la montagne il contemplait les œuvres du Seigneur, il se confiait à leur Créateur. Pendant les repas on bavardait ensemble, puis il reprenait le chemin en marchant seul pendant plusieurs heures. Il disait qu’il se sentait ainsi en présence de Dieu. Il trouvait le temps pour la lecture et même pour préparer la rédaction des différents textes. Il donnait l’impression de retrouver les forces pendant ces excursions. Il y en a eu une centaine, principalement dans les Abruzzes. Personne au Vatican n’était au courant de ces sorties, pas même les journalistes. La première fois c’était une sorte de « fuite » que nous avons organisée. Depuis quelques temps nous voulions que le Saint-Père puisse non seulement skier mais qu’il puisse aussi voir la vie quotidienne des gens. Nous avons décidé d’essayer. Je ne me souviens pas qui a eu cette idée, elle est certainement venue pendant une discussion à table. Le père Tadeusz Rakoczy qui connaissait la région car il y skiait souvent, a suggéré le village d’Ovindoli. Deux ou trois jours avant il s’est rendu en reconnaissance, accompagné du père Józef Kowalczyk, afin d’éviter des surprises. Si je me souviens bien c’était le 2 janvier 1981. Nous sommes partis vers 9 h du matin en voiture du père Józef, afin de tromper la vigilance de la Garde Suisse en quittant le palais de Castel Gandolfo. Le père Józef était au volant, le père Tadeusz était assis à côté en faisant semblant de lire un journal grand ouvert afin de cacher le Saint-Père assis derrière. Le père Józef conduisait très prudemment en respectant les limitations de vitesse et ralentissant avant les passages pour piétons. On peut s’imaginer ce qui se serait passé en cas d’accident ou de panne de voiture. Nous traversions les différents villages et le Pape se réjouissait en regardant à travers les vitres la vie quotidienne toute ordinaire. Arrivés à Ovindoli nous nous sommes arrêtés près d’une piste où il n’y avait que quelques personnes. Ainsi commençait une merveilleuse et inoubliable journée. Tout autour il y avait les montagnes sous la neige et le grand silence qui favorisait la contemplation et la prière. Le Saint-Père a même eu l’occasion de skier. Il était très ravi de la surprise que nous lui avons préparée. Sur le chemin de retour il a dit en souriant : « On a quand-même réussi ». Plus tard il nous a encore remerciés plusieurs fois en évoquant ces « expéditions ».

Cardinal Stanisław Dziwisz « Témoignage »